, Les bienfaits de cuivre

Réduire le risque de pathologies de la peau chez les diabétiques en utilisant cuivre imprégné chaussettes.

Ref: Borkow G et al. Réduire le risque de pathologies de la peau chez les diabétiques en utilisant du cuivre imprégné chaussettes. Hypothèses Médical.
(2009), doi: 10.1016 / j.mehy.2009.02.050

Auteurs Gadi Borkow a,*, Richard C. Zatcoff b , Jeffrey Gabbay

Résumé
Les individus diabétiques souffrent fréquemment de pathologies de la peau, en particulier dans leurs pieds. Maladie vasculaire périphérique coexistante et la neuropathie exacerbent la capacité de ces personnes à faire face aux infections, les petites coupures et blessures, conduisant souvent à difficiles à traiter et des ulcères chroniques.
Le cuivre possède des propriétés antifongiques et anti-bactériens puissants. Le cuivre est également un oligo-élément essentiel vital pour le fonctionnement normal de nombreux tissus et indispensable pour la génération de nouveaux vaisseaux capillaires et de la peau. La peau humaine est pas sensible au cuivre et le risque de réactions indésirables dues à l’exposition cutanée
au cuivre est extrêmement faible.
Nous émettons l’hypothèse qu’une partie de l’augmentation du risque de développer des pathologies de la peau du pied chez les patients diabétiques avec compromis la circulation du sang au pied est due à de faibles niveaux de cuivre locales. Nous supposons en outre que les ions de cuivre libérés de cuivre imprégné chaussettes et absorbées par la peau améliorerait le bien-être de la peau des patients diabétiques en induisant l’angiogenèse et l’expression et la stabilisation des protéines extra-cellulaires de la peau, en plus de son effet biocide de réduire le risque d’infection bactérienne et fongique du pied diabétique. Ainsi, l’utilisation de cuivre imprégné chaussettes peuvent être utilisées à titre préventif modalité.

Les chaussettes avec cuivre
Les chaussettes avec cuivre

De plus, nous supposons que le cuivre libéré des chaussettes peut même être bénéfique dans la guérison des coupures, des blessures et même difficiles à traiter les pathologies de la peau.

 

Les infections cutanées du pied diabétique
Diverses études suggèrent que la majorité des patients diabétiques souffriront d’un trouble de la peau au cours de leur maladie et pour certains, des changements cutanés peuvent même précéder le diagnostic de diabète [1]. Les manifestations les plus courantes comprennent fongique et bactérienne infection de la peau, la maladie de l’ongle et dermopathie diabétique. Autres moins conditions fréquemment observés sont des éruptions cutanées avec des bosses rougeâtres, rougissement des semelles, des vésicules et des ulcères. L’infection fongique, bien que relativement discrète, est un très problème de pied commun chez les diabétiques. Les personnes diabétiques sont presque 3-5 fois plus susceptibles de développer l’onychomycose (infection de l’ongle) et tinea pedis (infection de la peau), respectivement [2,3]. Une infection fongique commence pratiquement toujours sur la peau sur la semelle du pied et se propage à d’autres parties du pied. L’inter-numérique zones du pied peuvent également héberger des infections. En règle générale, les infections fongiques produit peu à la manière des symptômes et passe souvent inaperçu,
pris pour la peau sèche, car l’eau de la peau épidermique normale le contenu de 15% diminue et la peau devient sèche et perd la résilience. Cet état de peau sèche, ce qui est fréquent chez les patients diabétiques, prédispose un individu à la fissuration et la fissuration de la épiderme qui, à son tour, peut conduire à des infections secondaires de la pied. Cette situation est encore aggravée par la neuropathie qui est commune chez de nombreux patients diabétiques. Ainsi, les infections fongiques, lorsque non traitée, réduire l’intégrité de la peau et le laisser vulnérable à secondaire
infection à travers les fissures et les fentes et à la propagation de la bactérie l’infection à juste au-dessous de la surface de la peau. Une fois passé la peau surface, la chaleur, l’humidité et les éléments nutritifs permettent aux bactéries de croître rapidement. Bactéries pathogènes libèrent des enzymes qui causent des tissus dommage. La réaction du corps aux dommages est une inflammation qui est caractérisée par une douleur, une rougeur et un gonflement. Ce rouge, région douloureuse grossit comme l’infection et entraînant des lésions tissulaires propager. Une infection non traitée peut se propager au système lymphatique, les ganglions lymphatiques et la circulation sanguine ou dans les tissus plus profonds. En outre, les dermatophytes peuvent se propager à partir du pied à la les mains et à l’aine.

 

La gestion de la maladie fongique est souvent considéré difficile en raison de forte rechute et les taux de réinfection. La principale caractéristique de tous les types de diabète est la forte concentration du glucose dans le sang, ce qui se traduit par un certain nombre de changements dans la biochimie cellulaire. Bien que l’étendue et les effets du cellulaire changements biochimiques peuvent varier entre les individus, les modifications dans la synthèse du collagène et de la structure et du flux sanguin anormal dû le développement de lésions dans les petits vaisseaux sanguins dans le corps peut finalement rendre la peau vulnérable à l’infection en raison d’une réponse immunitaire supprimée. Seul ou en combinaison, chacun d’eux peut contribuer à la pathologie de la maladie de la peau. On estime que 30% des patients diabétiques ont des lésions cutanées sur le pied [4], et que le risque de développer un problème de pied doubles dans une personne diabétique [1]. Vasculaire périphérique co-existante la maladie a été identifiée comme un facteur de risque [5]; microangiopathique la maladie en commun chez les patients diabétiques [6]. Ainsi, pris ensemble, le risque d’infection du pied diabétique est élevé en raison de l’intégrité de la peau réduite, le manque de perception sensorielle et médiocre circulation périphérique, ce qui réduit la capacité de l’abri Système de répondre efficacement à une infection. En conséquence, les patients atteints de diabète ont un risque accru de développer la cellulite [7] et sont susceptibles de nécessiter des hospitalisations plus longues que leur homologues non diabétiques [8]. Comme les infections de la peau restent une importante menace pour le pied diabétique, la prévention des infections mineures pourraient finalement empêcher le développement de plus grande et complexe infections, ce qui peut entraîner des complications graves, en particulier chez les diabétiques. Cuivre imprégné chaussettes et le pied diabétique Les ions de cuivre, seuls ou en complexes de cuivre, ont été utilisé pendant des siècles pour désinfecter des liquides, des solides et des tissus humains. Aujourd’hui le cuivre est utilisé comme un purificateur d’eau, algicide, fongicide, nématicide, molluscicide et agent antibactérien et anti-fouling. Le cuivre présente également une activité anti-virale puissante [9]. L’exposition constante à des concentrations élevées de cuivre est toxique pour micro-organismes. Par contraste avec les antibiotiques et d’autres médicaments résistant les micro-organismes qui ont évolué en moins de 50 ans d’utilisation, micro-organismes résistants au cuivre sont extrêmement rares, même si le cuivre a été une partie de la terre pour des millions d’années. Ce la résistance peut être expliqué par la capacité du cuivre à des dommages de nombreux facteurs clés dans les micro-organismes en parallèle [9]. Cela réduit la probabilité qu’un micro-organisme particulier de développer de multiples mutations conférant une protection complète contre les différents mécanismes biocides de cuivre. Le cuivre est un oligo-élément essentiel nécessaire à la normale fonction de nombreux tissus, y compris la peau et le système immunitaire et systèmes de sang [10], et son indemnité journalière recommandée est 1 mg [11]. L’exposition au cuivre est considéré comme sûr pour les humains, comme démontré par l’utilisation généralisée et prolongée par les femmes dispositifs de cuivre intra-utérins (DIU) [12-14] et over-the-counter plaies traitements de guérison contenant du cuivre [15,16]. Humain la peau ne sont pas sensibles au cuivre et le risque de réactions indésirables en raison de l’exposition cutanée au cuivre est extrêmement faible [17,18]. Le cuivre peut être introduit de façon permanente dans les fibres textiles de les produits textiles qui peuvent être faites [19,20]. Le cuivre imprégné produits possèdent un large spectre antimicrobien et propriétés anti-fongiques, sans provoquer une sensibilisation cutanée ou ‘irritation [19,20]. L’oxyde de cuivre chaussettes imprégnées a été démontré que efficace pour traiter une variété de troubles neurologiques aigus et chroniques tinea pedis (Également dénommé le pied d’athlète), les infections chez les patients, y compris les diabétiques et les personnes âgées [21]. Figue. 1 montre de nombreux exemples de l’amélioration ou de la résolution des infections de teigne uniquement par la utilisation d’oxyde de cuivre contenant des chaussettes. Alors que l’amélioration significative ou une résolution tinea pedis chez les patients diabétiques étudiés est due aux propriétés biocides du cuivre contre les champignons et les bactéries, qui jouent un rôle clé dans la développement de tinea pedis et la peau pathologies, il peut y avoir d’autres raisons pour lesquelles l’effet bénéfique du cuivre contenant des chaussettes dans la prévention et le traitement de tinea pedis chez les patients diabétiques, comme discuté au dessous de. Comme indiqué, le cuivre est un oligo-élément essentiel impliqué dans de nombreux processus physiologiques et métaboliques de l’homme [10], y compris la formation de la peau [22,23] et la réparation des plaies [24], de même que on le verra dans les exemples suivants. des enzymes dépendantes de plusieurs de cuivre et des polysaccharides tels que la lysyl-oxydase, métalloprotéases, les glycosaminoglycanes et les petits protéoglycanes, nécessaires à la cellule prolifération, réépithélisation et des protéines de la matrice extracellulaire reticulation, y compris de collagène, d’élastine et de la fibronectine, nécessitent cuivre comme cofacteur [23,25,26]. La superoxyde dépendante de cuivre dismutase enzyme, important dans la protection contre les radicaux libres, est présent dans la peau [27]. Stabilisation des tapis de fibronectine [28,29] et réticulation du collagène est augmentée par des ions de cuivre [30]. Cuivre modulent intégrines expression par les kératinocytes [31]. cuivre topique le traitement du sulfate a été montré pour accélérer le tissu épithélial croissance [32]. En outre, le cuivre a été montré pour stimuler angiogenèse [33] en induisant la génération de l’endothélium vasculaire facteur de croissance (VEGF) [32]. peptide humain Gly- (L-His) – (L-Lys) ou GHK, qui a une très forte affinité pour Cu2 + et forme une GHK-Cu Chélate, stimule la synthèse des protéines de collagène et d’élastine, angiogenèse et la réparation des plaies [22]. Nous avons également constaté que les ions de cuivre libérés in situ à partir des pansements pour blessures induites par la régulation positive de nombreux facteurs clés proangiogéniques et d’autres impliqués dans l’angiogenèse, la peau la régénération et la guérison de la plaie (manuscrit soumis pour publication). Surtout, l’absorption du cuivre ou de cuivre-oxyde à travers la peau a été démontrée [18,34].
Notre hypothèse
Nous émettons l’hypothèse qu’une partie de l’augmentation du risque chez les patients diabétiques, qui aurait pu compromettre la circulation à pied, afin de développer problèmes de peau des pieds est due à de faibles niveaux de cuivre locales. Par ailleurs, nous supposons que l’humidité présente dans la peau et à l’intérieur d’une chaussure facilite la libération d’ions de cuivre à partir des chaussettes imprégné d’oxyde de cuivre insoluble. Ces ions de cuivre, en plus d’agir comme un biocide qui réduit le risque de moisissures et infection bactérienne du pied diabétique, sont absorbés par la peau et ainsi améliorer le bien-être de la peau des patients diabétiques en induisant l’angiogenèse et de l’expression et de stabilisation des protéines extra-cellulaires de la peau. La capacité du cuivre à accroître la stabilité et l’intégrité de la peau permettrait de réduire le risque de la peau rupture et infection secondaire de la peau par des bactéries pathogènes dans le
pied diabétique. En outre, il se peut que l’absorption du cuivre à travers la peau au niveau du pied pourrait améliorer la circulation sanguine dans le pied, l’efficacité du système immunitaire et la capacité globale de l’individu diabétique à faire face à des champignons et des bactéries les infections. Ulcères du pied diabétique et veineuses sont parmi les plus souvent survenant plaies chroniques [35], affectant près de deux millions de personnes chaque année, et qui peut conduire à une altération de la mobilité et l’amputation [36]. La prévention de l’infection du pied et de la rupture de la peau, ainsi que augmentant la circulation sanguine, serait considérablement réduire le risque de blesser. En outre, comme nous l’avons observé dans quelques individus avec
plaies ouvertes qui ont utilisé le cuivre imprégné chaussettes, la libération des ions de cuivre à partir des chaussettes abouti à la cicatrisation des plaies, y compris chez les sujets diabétiques souffrant d’ulcères chroniques, représenté dans un tel cas à la Fig. 2.

 

En conclusion, nous émettons l’hypothèse que chez les diabétiques avec un mauvais la circulation du sang périphérique, le supplément extérieur de cuivre éluant de cuivre contenant des chaussettes se traduirait par un risque réduit de rupture de la peau et de l’infection et l’amélioration de la capacité du diabétique individu à faire face aux infections fongiques et bactériennes. En outre, cela permettrait d’améliorer la guérison efficace des blessures mineures et coupes, empêchant ainsi la détérioration qui peut conduire à difficile à traiter des lésions sévères et chroniques.

 

Remarque:L’article original : www.elsevier.com/locate/mehy

You may also like...