Le Cuivre Tue Les Micro-Organismes

Le cuivre est une véritable machine à tuer les micro-organismes… Covid-19 compris. Des entreprises proposent désormais masques, gants ou poignées de porte faits de ce métal.
CORONAVIRUS – 24 heures sur du carton, 48 heures sur du plastique, plusieurs jours sur le fer… et moins de 4 heures sur du cuivre. Si l’on savait déjà que face au coronavirus, toutes les surfaces ne se valent pas, le métal rouge est d’une efficacité qui le place bien au-dessus des matières du quotidien. Des propriétés antiseptiques redoutables qui s’appliquent à tous les micro-organismes, et qui commencent pour certaines entreprises à servir d’argument marketing.

Rien à faire, cet élément que l’on retrouve dans tant d’objets, en général sous forme d’alliage en association avec un autre métal comme du zinc ou de l’étain, est le plus fort. Non seulement contre le Covid-19, mais aussi d’autres virus, à l’image de la grippe aviaire (H1N1) ou encore du syndrome respiratoire MERS: l’effet est quasi-immédiat, fait “exploser” le micro-organisme parfois en quelques minutes seulement, pour reprendre les mots de Bill Keevil, microbiologiste à l’université de Southampton (Grande-Bretagne).

Des atomes de cuivre qui ne laissent rien passer
Virus, microbes, bactéries…le cuivre possède donc une propriété autonettoyante unique, plus encore que des métaux lourds comme l’or et l’argent, connus eux aussi pour leur capacité antiseptique. Une combativité due essentiellement à sa composition atomique: chaque atome de cuivre contient un électron libre, qui vient oxyder les molécules du micro-organisme, l’endommageant grandement.

Même alors, le cuivre n’en a pas fini avec l’indésirable: ses ions agissent comme de véritables petits missiles, endommageant l’enveloppe de tout microbe ou autre organisme qui viendrait s’y frotter. Mis à nu, c’est ensuite au tour de l’ARN du virus de subir l’assaut mortel des électrons: après un tel traitement, il ne reste rien ou presque. Dans l’étude menée en 2015 par Bill Keevil sur un coronavirus cousin du Covid-19, il suffit ainsi de 20 minutes passées sur un alliage constitué à 95% de cuivre pour qu’une dose de liquide contagieux soit entièrement détruite.

Cette action purificatrice du métal conducteur n’a rien de nouveau: des Phéniciens traitants les blessures de guerre au bronze, un alliage du cuivre, pour éviter les infections, jusqu’aux instruments de médecine moderne réalisés avec le même métal, cet avantage a été utilisé par de nombreuses cultures, longtemps sans pouvoir toujours être compris.

Un marché pour des entrepreneurs audacieux
Si aujourd’hui encore, les études continuent pour mieux comprendre comment le cuivre est une telle force tranquille face aux envahisseurs biologiques, l’actualité pousse les entrepreneurs à mettre en avant le cuivre comme une panacée anti Covid-19. À l’heure où le liquide antibactérien manque et où des porte-avions entiers doivent être désinfectés, l’argument marketing d’une surface autonettoyante est sans égal.

En Australie, une société de Darwin, dans le nord du pays, propose à ses clients d’imprimer en 3D des serrures et des poignées de porte recouvertes d’un alliage de cuivre. Avec un marketing franchement audacieux, l’entreprise proclame même proposer ce service après avoir “découvert” par elle-même les propriétés antimicrobiennes du précieux métal…

Au Chili et au Japon, certaines sociétés proposent désormais des masques et des gants de protection comprenant une couche de cuivre, pour une stérilisation maximale. Même souci de ne pas transmettre le virus pour cette université texane, dont les chercheurs ont créé des autocollants en cuivre, en vente au grand public, à placer sur les poignées de porte et autres surfaces touchées quotidiennement.

Tous ces produits, basés sur des recherches solides et des effets démontrés depuis longtemps, peuvent permettre de réduire les chances de transporter le virus d’un endroit à l’autre via un meuble ou un objet. Ils ne dispensent en aucun cas de désinfecter et nettoyer les surfaces partagées, ni évidemment, de se laver les mains fréquemment et de respecter la distanciation sociale.

Source: Matthieu Balu: Le Huff Post

 

Voir Nos Masques et Gants de Protection, les deux avec une couche de cuivre pour votre protection.

Votre gymnase rampe avec des germes – Voici comment vous pouvez rester en sécurité

Quand vous allez à la gym, vous lavez-vous les mains avant et après avoir utilisé l’équipement de gym? Si vous ne le faites pas, vous devez commencer à le faire tout de suite! Dans le cadre d’une étude menée par FitRated, des échantillons de bactéries provenant de 27 pièces différentes d’équipement de gymnastique ont été recueillis afin de mieux comprendre les germes et les bactéries qui entrent en contact avec l’équipement de gymnastique. Et il s’avère que l’équipement de gym moyen, comme le tapis roulant, le vélo d’appartement ou les poids libres sont tous chargés de germes. Chaque pièce d’équipement avait plus de 1 million de germes par pouce carré.

Équipement de gymnastique et germes

Selon le rapport de FitRated, non seulement votre gymnase est couvert de germes et de bactéries, mais 70% des bactéries trouvées sont potentiellement nocives pour les humains et sont connues pour causer des maladies potentiellement mortelles comme le SARM, la pneumonie et la septicémie.

En fait, l’étude a également rapporté que «les trois types d’équipement ont donné des cocci à Gram positif (une cause fréquente d’infections cutanées et d’autres maladies); les bâtonnets gram-négatifs (qui peuvent provoquer de nombreux types d’infections et parfois résister aux antibiotiques), et les bâtonnets Gram-positifs (qui peuvent – mais pas souvent – provoquer différents types d’infections). Les vélos d’exercice et les échantillons de poids libre ont aussi provoqué Bacillus – une cause potentielle de diverses affections, y compris les infections des oreilles, des yeux et des voies respiratoires.

Équipement de gymnastique et infections de la peau

Un autre article publié par NY Times avertit tous les amateurs de gym de prendre tous les soins et précautions nécessaires lors de l’utilisation de la salle de gym pour éviter de contracter des maladies de la peau hautement infectieuses. L’article tire également ses conclusions d’un article publié par la National Athletic Trainers ‘Association, connue sous le nom de N.A.T.A. sur la prévention et le traitement des maladies de la peau chez les athlètes. Dans le document, les auteurs ont souligné que «les athlètes récréatifs ainsi que les participants à des sports organisés sont sujets aux infections cutanées fongiques, virales et bactériennes. La sueur, l’abrasion et le contact direct ou indirect avec les lésions et les sécrétions d’autrui se combinent pour rendre la peau de chaque athlète vulnérable à une foule de problèmes. Bien que le SARM soit l’infection de la peau la plus grave, le pied d’athlète, les démangeaisons, les furoncles, l’impétigo, l’herpès simplex et la teigne, entre autres, ne sont pas vraiment amusants ou attrayants.

Autres zones germées au gymnase pour surveiller:

  • Les vestiaires

En raison de la quantité de sueur et d’humidité présente dans les vestiaires, il devient le cadre idéal pour que les bactéries se reproduisent et se développent, accueillant ainsi un certain nombre de maladies et de maladies qui ne demandent qu’à se produire.

  • Exercice Mats

En frappant simplement une pose de yoga, votre corps pourrait entrer en contact avec près d’un million de germes pouvant entraîner des infections cutanées, des boutons de fièvre ou même entraîner la grippe.

  • Sacs de gymnastique

    sacs de sport

Maintenant que vous connaissez le nombre de germes présents au gymnase, prenez un moment pour réfléchir au nombre de germes que votre vieux sac de sport rencontre à chaque fois que vous le placez quelque part, que ce soit le vestiaire, les tribunes ou même le banc de gym.

  • Serviettes et bouteilles de gymnastique

Si votre salle de gym fait équipe avec des germes, il suffit de penser au nombre de germes sur d’autres produits qui sont régulièrement utilisés par d’autres clients au gymnase tels que les serviettes de gym et les bouteilles d’eau.

Maintenant que vous avez une meilleure idée de la présence de bactéries et d’autres germes à la salle de gym, ainsi que les implications potentielles de l’utilisation de tels équipements criblés de germes, il est temps que vous considériez les méthodes de soins préventifs. Alors que votre meilleure défense est de vous laver les mains avant d’entrer et de sortir du gymnase, vous devez également envisager d’autres méthodes de soins préventifs.

  1. Allez prendre une douche dès que vous êtes de retour à la maison pour tuer tous les germes que vous pourriez avoir emportés en quittant la salle de gym
  2. Pendant que vous devez utiliser l’équipement d’exercice, essayez de minimiser votre utilisation des autres articles publics comme les bouteilles d’eau, les serviettes de gym et les tapis de gym.
  3. Essayez de chercher d’autres options pour minimiser et réduire votre contact avec la surface de gymnastique contenant des germes, comme les vêtements imprégnés de cuivre.

Lorsque l’on parle de la propagation des bactéries et de la façon de les prévenir, il serait impossible de penser aux avantages potentiels pour la santé de l’utilisation de produits infusés au cuivre pour lutter contre la propagation généralisée des bactéries. Selon une étude publiée par l’Université de Southhampton, le cuivre dans sa forme métallique ainsi que le tissu infusé au cuivre ont la capacité de tuer les germes et les bactéries au contact. En fait, il a été observé que le tissu de nylon de cuivre était en réalité plus rapide que sur un métal de cuivre à 100%. À la suite de ces découvertes, chercheurs et scientifiques cherchent des moyens d’introduire des surfaces en contact avec le cuivre dans de tels environnements pour aider à réduire la propagation des bactéries et des germes. Pensez aux poignées et aux poignées de porte en cuivre, aux rampes et aux tiges en cuivre ou même aux tapis de gymnase spécialement infusés au cuivre et à l’équipement de compression infusé de cuivre pour la salle de sport! Les possibilités sont infinies.

Produits infusés au cuivre et la salle de gym

Alors que les surfaces en cuivre touchent un certain temps, tout ce que vous avez à faire pour exploiter les propriétés antibactériennes du cuivre est tout simplement d’utiliser une usure de compression infusée de cuivre pendant que vous êtes au gymnase. Donc, au lieu de soulever des poids à mains nues, il suffit de mettre une paire de gants de compression de cuivre pendant que vous y êtes. Si vous êtes plutôt une personne de yoga, n’oubliez pas de porter une paire de gants et de chaussettes infusés de cuivre pour minimiser le contact de vos mains et de vos pieds avec ce vieux tapis de yoga sale.

En incorporant simplement des produits infusés au cuivre comme des gants et des chaussettes de compression en cuivre dans votre sac de sport, vous serez en mesure de réduire considérablement la portée et l’impact des maladies qui causent des bactéries dans votre salle de sport!

Le cuivre est efficace contre le Staphylocoque doré?

Le cuivre est le matériau de surface de contact le plus efficace contre le Staphylocoque doré.

On appelle le SARM, le  Staphylococcus aureus résistant à la méticilline. Il s’agit d’un staphylocoque doré qui est porté par de nombreuses personnes d’une façon asymptomatique et qui est à l’origine d’infections nosocomiales généralement attrapées à l’hôpital.

Sarm
Sarm

 

Le Staphylocoque doré SARM continue d’être un problème majeur depuis son émergence dans les hôpitaux, il y a environ une trentaine d’années.

Le staphylocoque doré et des vêtements pour lutter contre les maladies nosocomiales

En 2005, il a été estimé qu’environ 90 000 patients ont eu des infections invasives au SARM aux Etats-Unis. Ces infections ont malheureusement abouti à 19 000 décès environ, soit dans 20 % des cas.

Le SARM est un problème de santé majeur qui n’est plus limité aux unités de soins intensifs, ce problème se généralise dans l’ensemble des hopitaux et devient l’infection nosocomiale la plus répandue dans les hôpitaux, en touchant l’ensemble des patients qui séjournent à l’hopital.

Le staphylocoque doré résistant se transmet généralement par les mains  entre les patients et le personnel médical.

Il y a également de plus en plus de preuves que les surfaces environnementales peuvent également servir d’important réservoir aux bactéries infectieuses, en contribuant à leur diffusion.

Les infections liées au staphylocoque doré résistant continuent de causer des problèmes, non seulement dans le cadre des soins de santé et hospitaliers, mais aussi chez les animaux de la ferme.

Aux Pays-Bas, une nouvelle souche de SARM, liée à l’élevage porcin a été signalée, et une enquête sur les porcs a constaté que près de 40% des animaux sont porteurs sains de ce clone bactérien.

Il y a un lien immédiat entre les animaux d’élevage et les agriculteurs, et le risque potentiel de se propager des animaux aux agriculteurs et ensuite au grand public est un risque possible et très sérieux.

Les personnes qui sont des porteurs sains du staphylocoque doré sont généralement plus jeunes que les patients ayant développé des infections nosocomiales liées au staphylocoque doré SARM.

Resistants à la Penicilline

La moitié de tous les staphylocoques dorés présents aux États-Unis et en Europe sont résistants à la pénicilline, la méticilline, la tétracycline et l’érythromycine. En 2005, les deux tiers des infections non hospitalières et ayant comme origine des staphylocoques dorés concernent des souches résistantes à la méticilline.

Le rôle de l’argent et du cuivre dans la lutte contre le staphylocoque doré :

Ces 2 oligo-éléments cuivre et argent sont des métaux aux propriétés antimicrobiennes bien connues, on évalue leur efficacité sur le staphylocoque doré en faisant varier la température et l’humidité du milieu ambiant.

Alors que les ions d’argent sont efficaces à un  taux d’humidité élevé (avec une hygrométrie supérieure à 90%) et à une haute température de 35 °C, des conditions similaires à celles du corps humain ; il n’y a pas de réponse significative à une plus basse température et dans des conditions typiques liées aux environnements intérieurs des locaux hospitaliers.

Il y a par contre des niveaux d’efficacité élevés affichés par les alliages contenant du cuivre, et à des niveaux de température et d’humidité identiques à ceux des locaux hospitaliers.

Le principe est d’utiliser le cuivre au sein d’alliages dans les matériaux, afin de réduire la capacité des microbes à croître et à survivre sur les objets et dans l’environnement extérieur. Cette utilisation doit se faire également dans les lieux à forte population, écoles, universités, prisons, …

L’utilisation d’alliages de cuivre dans les matériaux de surface a une action anti-microbienne directe pour réduire les concentrations des staphylocoques de type SARM dans les milieux cliniques et hospitaliers.

Le Cuivre antimicrobien est le matériau de surface de contact le plus efficace dans la lutte contre les microbes pathogènes, tuant plus de 99,9% des bactéries dans les 2 heures d’exposition. Aucun autre matériau, ou revêtement contenant de l’argent, ne sont aussi efficaces.

Source:blog.biosantesenior.fr

Si sûrement les gens devraient porter des vêtements de cuivre, en particulier ceux qui sont vulnérables aux infections – tous les patients, les diabétiques, les patients de chirurgie, les médecins, personnes avec d’infections cutanées ……